Journée délibérative du 19 mail 2017

La journée délibérative s’est déroulée le 19 mai 2017 en présence d’une centaine d'adhérents qui ont débattu de 20 pistes de solution issues de la plateforme. Chaque groupe, composé d'une dizaine de personnes, a approfondi deux pistes de solution lors d’ateliers au cours desquels ils devaient identifier et analyser soit des arguments Pour & Contre soit des points de vigilance & des solutions. 

Les résultats de la journée délibérative, présentés ci-dessous, feront l’objet d’un débat au Bureau National de juin 2017 qui prendra la décision finale pour chaque piste de solution : piste écartée, piste faisant l'objet d'une une mise en œuvre rapide, d'une expérimentation ou encore d'une intégration à l’avant-projet de résolution pour le congrès de Rennes de 2018.

1. Donner du sens au syndicalisme de résultat

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Au préalable, respect de la démocratie et des règles de fonctionnement dans les structures CFDT
    • Articuler présence sur le terrain et démocratie participative numérique
    • Contrôler et suivre la mise en œuvre
  • Principales solutions identifiées
    • Laisser des traces de toutes les décisions/débats et rendre compte de ses mandats, actes, décisions.
    • Prolonger la consultation numérique par des rencontres physiques
    • Etablir un contrôle (comme les vérifications des comptes) par des adhérents tirés au sort

2. Se donner une obligation de résultat dans l’accompagnement des syndicats 

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Faire un état des lieux des besoins des syndicats, et partager les objectifs et états des lieux des moyens existants (fédé/URI).
    • Définition de l’offre de service, en moyens humain, logistique, politique et financier.
    • L’objectivation, le suivi et l’évaluation et l’analyse des résultats (évolution intermédiaire des objectifs)
  • Principales solutions identifiées
    • Rencontre des interlocuteurs. Utilisation des indicateurs (résultats élections, évolutions du FNA, RA des Congrès…) pour évaluer les manques et les faiblesses, outils informatiques à construire faire évoluer pour partager. 
    • Construire l’accompagnement en fonction des besoins identifiés (technique et politique) en s’appuyant sur les offres des URI et des fédérations.
    • S’appuyant sur les exemples (positifs) crées des indicateurs d’évaluation et de performance de la place et du rôle de chaque acteur

3. Soutenir les structures fédératives pour renforcer l’accompagnement des syndicats 

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Accompagnement appelle la simplification des structures (attention au travail en silo), simplification des points d’entrée
    • Coordination uri – fédé ? bien définir les missions de chacun, eviter les doublons, acceptation par les structures
    • Le syndicat reste la structure décisionnaire. Il parait indispensable de bien repartir des besoins exprimés par un syndicat pour la construction de son accompagnement par les structures fédératives concernées (plutôt que de créer une offre adaptable). 
  • Principales solutions identifiées
    • Structure référente : pour les syndicats ayant des interlocuteurs multiples (plusieurs uri ou plusieurs fédés par exemple) définir une structure référente servant de point d’entrée au syndicat. 
    • Faire participer aux bureaux des URI les structures fédérales en région (instance décisionnaire commune)
    • Proposition d’établir un contact dédié pour déclencher une demande d’aide : notion de visibilité et de « guichet »

4. Donner aux syndicats les moyens de mieux identifier les projets, initiatives et actions de leurs sections

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Clarifier les rôles et missions de chaque structure et mettre en place des pratiques de mutualisation
    • Normaliser le langage dans toute la CFDT
    • Définir les conditions de mise en œuvre : qui prend en charge les coûts (formation, outils…) qui l’organise (fédération, URI… ?)
  • Principales solutions identifiées
    • Créer une nouvelle fonction, au niveau de l’interpro, pour aller au contact des sections.
    • Coordonnateur de projet ?
    • Mettre à disposition des sections et des syndicats des sites internet normalisés

5. Généraliser les rassemblements d’élus et mandatés

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Essayer d’articuler la forme des rassemblements de 1 jour tous les ans en proximité et un de deux jours tous les 4 ans. 
    • Apporter des réponses à tous les publics privés et public 
    • Favoriser la proximité pour ces rassemblements
    • Etre attentif à la prise en charge des coûts (transports, hébergements, pertes de salaires, etc.)
  • Principales solutions identifiées
    • Organiser un rassemblement tous les ans en région et tous les 4 ans sur Paris
    • Choisir des thématiques qui rassemblent (ex : qvt, les difficultés de l’action syndicale en entreprise, égalité professionnelle, mixité, etc.); Invitation de proximité au niveau départemental, 1 thème commun, proposer des outils utilisables par tous ; Tendre à uniformiser loi et réglementation entre les secteurs privés et publics pour construire des réponses communes ;
    • Organiser des réunions thématiques annuelles dans les URI ; Définir des lieux de rassemblements accessibles et proches autant que possible des inscrits en région (pilotage URI); Créer un temps fort « la journée régionale des élus» ; Invitation de proximité au niveau départemental, 1 thème commun privé public, proposer des outils utilisables par tous.
    • Organiser la péréquation comme pour les congrès. Bien partager les prises en charges ; Faire prendre en charge les coûts par les Fédérations dès que nécessaire ; Mutualisation des coûts financiers ; Envoi par les Unions Régionales de notices explicatives sur les CCFS, subrogations. ; Mettre à disposition des syndicats un budget pour que les militants puissent assister à ces rassemblements

6. Créer un processus pour connaître ou approfondir, dès l’adhésion, les valeurs, les principes fondamentaux et le fonctionnement de l’organisation

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Place de la relation humaine et lien avec les salariés
    • Ne pas focaliser seulement sur les nouveaux adhérents
    • Attention à ne pas « inonder » le nouvel adhérent
  • Principales solutions identifiées
    • Référent de territoire en lien avec le pro et l’interpro, proposition de rencontre systématique avec le nouvel adhérent. Parrainage
    • Passeport formation syndicale dans gasel avec possibilité d’envoi à la demande de tri et d’éditions pour proposition de formation « continue »
    • Un seul envoi, Un seul document avec coordination pro et interpro pour éviter le trop d’info !

7. Moduler la durée et les plages horaires des formations

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Que les formations ne soient pas superficielles et considérées comme de moindre qualité …
    • Formation syndicale = temps de travail et temps de vie
    • Droit et décompte des jours formation : respect de la législation (ni bradé, ni dévalorisé)
  • Principales solutions identifiées
    • Elaborer un cahier des charges approprié avec des objectifs précis
    • Mettre en place des formations hybrides alliant présentiel au plus près des lieux de vie et e learning
    • Former les équipes syndicales à faire appliquer le droit à la formation syndicale

8. Mettre en place un réseau d’adhérents et de militants pour des actions solidaires en proximité

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Définir clairement le pilotage politique, sa composition et son fonctionnement (place des structures qui valide l’action et la contrôle). Ce dispositif peut répondre aux besoins des syndicats nationaux, le lien avec la fédération (à minima pour information) est indispensable.
    • Financement, attention aux conséquences sur les structures organisatrice de l’action (URI /UD). La composition du vivier, devra tenir compte du périmètre territorial et du renouvellement de l’équipe.il devra mixer dans le dispositif les militants en devenir et les militants d’expérience. 
  • Principales solutions identifiées
    • Les résolutions régionales peuvent représenter le cadre politique de ce dispositif, et permettre son suivi et son évolution au fil du temps (par exemple dans les RA) sur la base d’indicateurs.
    • Pour les actions d’envergures la structure qui fait la commande paye; Faire appel au volontariat via les réseaux de communication.

9. Mettre en place une structure multi-professionnelles en proximité des salariés des TPE

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Représentation forte du syndicalisme dans les TPE.
    • Lieu d’accueil interprofessionnel de proximité, avec des personnes ressources, des horaires décalés.
    • Identification des militants TPE.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • Perte d’identité du métier.
    • Les TPE sont ancrées dans les territoires, l’organisation verticale est mal adaptées. Voyons déjà ce que produiront les CPRI.
    • Quelle articulation avec les structures existantes, comment organiser les moyens, la communication, la visibilité de ces structures ?

10. Lancer un programme national de formation « outils collaboratifs » et « techniques de gestion de projet »

  • Principaux arguments POUR identifés
    • Permettre l’appropriation du numérique par les équipes de travail
    • Attirer les jeunes en donnant une image plus dynamique et moderne de l’organisation
    • La formation à la gestion de projet doit permettre de co construire en commun, faire des propositions argumentées, échanger par sujets.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • L’évolution des programmes est trop rapide, risque d’obsolescence rapide d’un programme national
    • Formation technique sur l’outil ne suffit pas : sensibilisation à la gestion des risques et à la modération nécessaire
    • Un programme identique pour tous ne tient pas compte de la diversité des utilisateurs et des usages.

11. Renforcer la place des jeunes dans l’organisation

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Il existe dans les villes des conseils dit « Jeunes ». Cela serait une bonne idée que de faire pareil dans nos instances.
    • Les jeunes sont sensibilisés aux nouvelles technologies, aux nouvelles méthodes et normes de communication. Cela représenterait un atout indéniable dans les prochaines évolutions de la CFDT dans le cadre de la transition numérique.
    • Un jeune sera plus à l’aise dans des mandats à responsabilité s’il peut intégrer les instances des structures. Cela lui permettra de comprendre le fonctionnement de la CFDT et de prendre le temps de se former. 
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • La mise en place de quota est une vision à court terme.
    • Il faut laisser aux jeunes le soin de proposer une méthode pour faire évoluer l’organisation.
    • Est-ce qu’une place dans les instances est le mandat le plus attractif dans la CFDT ? Est-ce que c’est un bon axe de développement ?

12. Améliorer la syndicalisation des jeunes 

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Moyens à développer
      • Création d’un syndicat
      • Organes de communication : Internet, manifestation, rencontres, partenariats…
    • Leur faire prendre conscience que c’est un bon moyen de vivre ensemble, de faire de la citoyenneté et de faire évoluer la démocratie.
    • Pour les sensibiliser sur l’environnement syndical et expliquer :
      • le but du syndicat
      • les missions de celui-ci
      • les possibilités (accompagner, défendre, informer…)
      • les différents services proposés.
  • Principaux arguments CONTRE identifés 
    • Les jeunes sont consuméristes et ne s’investissent que s’ils ont un retour de quelque chose. Pas de contrepartie immédiate évidente donc pas d’adhésions. Pas d’offre attrayante aujourd’hui susceptible de mobiliser les jeunes.
    • Les jeunes vivent trop dans le présent, ils ne se projettent pas assez dans l’avenir pour être sensibles à un engagement collectif de longue haleine
    • Les forums pour l’emploi sont faits pour trouver un emploi. Que viendraient y faire les syndicats qui sont souvent contre les patrons ? On n’est pas encore entré dans le monde du travail, on ne va pas commencer en contestant. On ne veut pas s’afficher. Difficile de susciter l’intérêt sur un forum.

13. Mettre à disposition des sections syndicales un ensemble d’outils de partage d’informations, d’aide à la rédaction de tracts et de communication 

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Faire un livret d’accueil pour les nouveaux salariés (DS, CHS, DP) 
    • Ne pas tout miser sur le numérique, il faut surtout maintenir le contact direct/physique avec les adhérents. (Aller sur le terrain)
    • Boite à outil : ok, mais il faut réorienter la formation des militants sur les contenus, les outils, les cibles, stratégie de communication. (ex : mise en place de journée Communication)
  • Principales solutions identifées 
    • Trombinoscope ; Présenter la CFDT et nos valeurs; Un bulletin d’adhésion; Rôle du DS, DP, CHS-CT; Indiquer la liste des élus; Moyens et contacts pour les formations en tant qu’adhérent; La question se pose d’étendre ce type de livrets aux nouveaux élus; Avec les moyens à dispositions pour exercer leurs mandats ; Proposer un outil support privé public, adaptables aux réalités des établissements et des entreprises
    • Organiser des tournées de services et d’établissement avec les DS avec des docs spécifiques aux établissements ; Entretenir / favoriser le lien direct entre les élus et les salariés ; Ne pas lâcher ce mode de communication ; Mettre des moyens financiers (temps, force vive, coût de déplacement) ; Mutualiser les actions ; Organiser des pots, des moments de convivialité avec les salariés ; Mixer les approches numériques et les rencontres ;
    • Mettre en place un outil complet fonctionnel (construit par un prestataire) multiplateformes : Conception de tract, conception de site, conception de newsletters, etc.; Créer des groupes de travail avec militants identifiés pour renouveler le contenu des sites internet en fonction des besoins et de l’actualité; Créer une journée communication (fonctionnement des outils, orientations des militants) ; Avoir un accès réservé ; Organiser la mutualisation des connaissances et des pratiques ; Former sur l’utilisation de la boite à outil ; Faire appel à l’interne, pour construire des réponses pertinentes qui ont déjà servies et données des résultats; Développer le e-learning pour utiliser la boite à outils ; Expliquer comment techniquement on démultiplie un message sur plusieurs réseaux (formations) ; Avoir des formations sur la communication numérique ; Utiliser des outils libres de droits

14. Site internet CFDT pour les sections syndicales 

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Formation utile car manque de compétences informatiques et de temps des sections pour développer un site.
    • Un site spécifique pour une section facilite la transmission des informations et des valeurs CFDT, car il y a proximité avec les salariés.Il peut également servir de base documentaire pour les salariés (droit du travail, accords d’entreprise, avancement des négo en cours…) et cela libèrerait du temps militant. Pourraient être mis les PV du CE et du CHSCT.
    • Améliorer l’image de la CFDT auprès de tous parce que :
      • La com passe par l’image,
      • Harmonisation de l’image CFDT (charte graphique), 
      • Digitalisation de la CFDT et modernisation des moyens de com pour les jeunes,
      • Moyens de com à la fois uniforme (sur la forme) et adaptable (contenu) en fonction des SSE,
      • Aide à la fidélisation et au développement,
      • Améliorer la réactivité CFDT,
      • Valoriser les SSE car les adhérents se sentent plus concernés par la CFDT.
  • Principaux arguments CONTRE identifés
    • Rien ne vaut le contact direct et le papier.
    • Une solution internet gérée directement par la Confédération devrait avoir un fonctionnement irréprochable, ce qui n’est pas garanti et créera des tensions en cas de problème. 
    • Il paraît compliqué de mettre ça en place. Il faut le tenir à jour en permanence ce qui prend énormément de temps. Si l’information n’est pas permanente sur le site, il y aura vite un désintérêt pour celui-ci.

15. Evolution de Syndicalisme Hebdo

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Accessibilité à tous mais en gardant un format papier.
    • Une version numérique permettrait : un accès aux militants malvoyantes ainsi qu’aux militants maitrisant mal le français (outil de traduction sur internet). Sous cette version des liens avec des vidéos ou autres publications CFDT seraient possibles. 
    • Si envoi automatique, il faut une validation du congrès confédéral.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • Si que format numérique du SH exclusion des militants ne maîtrisant pas les outils numériques ou n’ont pas d’accès à internet.
    • Si envoi du SH (en PDF) sur les boites mails risque d’être banalisé.
    • L’Economie financière n’est pas obligatoire.

16. Mutualiser des moyens militants sur la fonction accompagnement

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Diminuer ou gérer les déplacements, ramener de la proximité, de la présence en créant un réseau ou une plateforme , économies : pot commun sur moyens matériels et de temps syndical.
    • Dégager du temps aux responsables des structures pour qu’ils puissent réfléchir, lire, proposer une stratégie, animer , identifier les problématiques et actions à mener, sans être bouffé par l’accompagnement des sections parfois peu autonomes
    • Coopération interpro pour permettre des référents auprès des URI afin de faire remonter tous les éléments plus en amont pour permettre une action plus réfléchie : cette action permet d’agir en préventif plutôt qu’en pompier.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • Il est préférable de développer les détachements ou les temps militants pour les responsables de syndicats ou développeurs, plutôt que de financer une personne externe aux syndicats. En effet, pour plus d’efficacité, il faut être imprégné des orientations et débats internes du syndicat ou du bureau et seuls les responsables sont en capacité de le faire.
    • Le champs professionnels peuvent être différents et avoir des spécificités : avoir une personne sur plusieurs champs n’est pas optimal.
    • Cette proposition est de la responsabilité des syndicats, sans quoi cette proposition risque de complexifier les structures et couper les responsables de leur base.
      Il est préférable en terme de mutualisation, de fusionner des syndicats afin dêtre plus fort.

17. Droit à la contractualisation 

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Cette contractualisation est une coconstruction volontaire : il n’ n’y a pas d’ingérence d’une structure sur une autre.
    • Cela permet également d’augmenter les finances des syndicats lui permettant ainsi de mettre en œuvre sur le terrain les politiques des structures au plus près des besoins.
    • Cela permettra de resserrer ( voire créer) des liens entre URI et Fédé et donc de participer au décloisonnement de notre organisation.
    • Cela permet de mettre en cohérence la politique des structures sur un domaine ou territoire déterminé, dans une plus grande transparence pour les critères d’attribution des aides financières, tout en évitant des dérives par la contractualisation des droits et devoirs de chacun.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • La contractualisation ne doit pas se faire au niveau des sections et des UL.
    • Seul le syndicat est légitime pour contractualiser.
    • Le syndicat peut avoir des axes différents entre le pro et l’interpro avec des variables d’ajustements propres ( élections) : le conventionnement mixte peut être considéré comme de l’ingérence.
    • Le syndicat doit pouvoir porter sa voix et ses idées , en mettant l’accent sur les orientations pro_interpro.
    • Une convention avec une structure interne CFDT n’est possible que si des ajustements, un échéancier et une révision de celle-ci est possible.
    • Une convention obligatoire ne ferait que multiplier le mille feuille.

18. Mettre partout à disposition des plateformes de services mutualisés

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Meilleure efficience car professionnalisme et expertise des services supports
    • Principe de solidarité : mettre en place des plateformes partout et pour tous financés solidairement
    • Gains financiers permis par mutualisation : centrales d’achats, maintenance, informatique, services financiers
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • La « sacro-sainte » autonomie du syndicat !
    • Risque de dévalorisation des tâches administratives : on confie à d’autres ce qui n’est pas « noble » alors que c’est très important et qu’il y a des militants qui pourraient prendre plaisir à les remplir.
    • Les relations presse, c’est très politique, le syndicat doit en garder la maîtrise.

19. Expérimenter des espaces de dialogues militants responsables 

  • Principaux arguments POUR identifiés
    • Permet d’évacuer le stress.
    • Permet de bien cerner les problèmes, l’échange de bonnes pratiques, la recherche de solutions et la montée en compétences.
    • Soutien psychologique pour restaurer la confiance, la cohésion, … fédérer.
  • Principaux arguments CONTRE identifiés
    • Défouloir qui ne permet pas vraiment de trouver des solutions.
    • Une personne extérieure ne connaissant pas l’organisation n’aidera pas à trouver des solutions.
    • Il existe déjà des espaces de formation qui permettent d’améliorer la gestion du temps, la délégation, etc.

20. Faciliter la prise de responsabilité des femmes

  • Principaux points de vigilance identifiés
    • Veiller à la pérennisation de la prise de responsabilité des femmes (charte, veiller au vocabulaire utilisé (filles/femmes, … ?))
    • Veiller à la réciprocité (faciliter l acces aux hommes, suivant les secteurs pro).Tenir compte du contexte des branches et du territoire
    • Ne pas confondre mixité et parité ; proposer en fonction de la proportion des adhérents)
  • Principales solutions identifiées
    • Partager l’expérience et etre accompagnée d’un « mentor » par un responsable de la structure (échanger, appuyer, orienter, poser la réflexion …) / plus largement, aller vers le tutorat pour donner envie (une femme en responsabilité devrait « tutorer » une « postulante »
    • Faire le lien entre vie familiale et vie syndicale, notamment en évitant les réunions du soir ou du mercredi.
    • Connaissance des valeurs et échanges au travers d’une charte qui concerne à la fois les hommes et les femmes (interdépendance, utilité d’avoir une « double » vision », des points de vue complémentaires …)

Actualités 23

Voir tous les articles

Participants 1449 Inviter